Archives mensuelles : juillet 2015

Cospudener See

Lac idyllique posé aux abords de Leipzig. Lieu de souffrance durant la Bataille des Nations (16-19 octobre 1813) et de dur labeur, mine à ciel ouvert sous le régime de la RDA ayant vu le romantique village de Cospuden immolé sur l’hôtel du dieu charbon. Ce lieu a réussi en 20 années à prendre le contrepied de son histoire.

Avant

Avant – la mine.

Des hectares d’eau bordés de forêts au milieu desquels se découpent des plages invitant à l’introspection en contemplant l’horizon.

Aujourd'hui

Aujourd’hui – le lac.

Le vécu de ce lieu devenu lac et source de bien être m’interpelle et je reste sans voix devant la force de la nature qui a su se réinventer et se transcender pour réparer les blessures infligées par l’activité des hommes.

Share Button

Petit point d’après canicule

Les chaleurs extrêmes que nous avons connues ont eu un impact sur le jardin (voir post précédent), surtout au niveau des feuillages qui ont été brûlés durant la semaine où les températures ont côtoyées les 40°C sous abri … et même plus.

thermo

Il y a un manque d’eau manifeste et certaines plantes en souffrent, ce sont les plantes installées au jardin depuis plusieurs années qui en souffrent le plus. Notre rosier pleureur n’y survivra probablement pas !

Pleureur

Certains géraniums vivaces sont chétifs cette année, ‘Rozanne’ n’est pas en très grande forme.

Rozanne

La croissance du maïs a été ralentie et les pieds sont trapus, ce qui nous annonce une faible récolte.

Mais

Les aulx ont été récoltés précocement et les gousses, bien formées, sont cette année plus petites que les années précédentes.

Aulx

Mais tout n’est pas que négatif …

Au potager les tomates, aubergines,

tomates_aubergines

concombres

concombre

et melons se portent à merveille et produisent.

melon

Avec le retour de températures plus clémentes, et de la pluie (soirée du 18 juillet) le jardin respire de nouveau, les betteraves ont refait du feuillage,

Betteraves

Les rhubarbes produisent de nouvelles côtes

Rhubarbe

les poireaux reprennent une posture plus vigoureuse,

Poireaux

Quelques poirées s’en sont sortie, bien que la plupart soient montées à graine.

Blettes

les haricots s’épanouissent enfin

Haricots

et les choux commencent à se coiffer pour former leurs pommes.

choux

Share Button

Plaisir du soir.

Se délecter de tomates fraîchement cueillies au jardin et ayant chauffées au soleil toute la journée …

tomates

Ce goût !!! … Incomparable.

Share Button

Récoltes pour nos tisanes et infusions d’hiver

Comme chaque année, c’est en été que nous reconstituons nos stocks de feuilles, fleurs et herbes sèches afin de pouvoir composer nos tisanes et infusion d’hiver.

tisanes_01

Unes à unes les feuilles et fleurs sont récoltées et mises à sécher …

tisanes_02

tisanes_04

… puis stockées dans des sacs en papier en attendant d’être utilisées.

tisanes_03

Share Button

Oyas : mise en place

Normalement les Oyas se mettent en place avant d’effectuer les plantations. Ne les ayant pas trouvés plus tôt, je les installe seulement maintenant … je ferai cela dans les règles de l’art au printemps prochain.

oya_mep1

– Creuser une fosse adaptée à la taille de l’Oya.

oya_mep2

– Mettre l’Oya en place dans la fosse.

oya_mep3

– Replacer la terre excavée autour de l’Oya.

oya_mep4

– Mettre le paillis en place et remplir l’Oya d’eau.

oya_mep5 oya_mep6

– Refermer l’Oya avec son bouchon.

oya_mep7

Les Oyas étant en terre cuite poreuse, l’eau va se diffuser lentement dans le sol, elle sera absorbée directement par les racines des plantes en fonction de leurs besoins.

oya_mep9

Les Oyas permettent de réduire les arrosages et d’économiser 50 à 75 % d’eau selon les conditions météorologiques.

Consommation 24 h après la mise en place (température extérieure à l’ombre : 30°C).

oya_mep8

Où se procurer les Oyas : Oyas environnement

Article connexe :  Les Oyas sont arrivés ! (description)

Share Button

Un tour au jardin – 6 juillet 2015

Un petit tour au jardin avant la tombée de la nuit, l’œil tout particulièrement attiré par les couleurs qui se détachent sur les feuillages.

IMG_2550

IMG_2449

IMG_2572

IMG_2570

IMG_2569

IMG_1809

IMG_2449

IMG_2571

IMG_2415

 

Share Button

Le Rice Cube

Le Rice Cube nous a réconcilié avec les sushis fait maison, nous qui n’avons jamais osé nous confronter à la natte de bambou.

RiceCube

Ce petit cube permet de créer des sushis et des makis en 2 temps 3 mouvements sans natte et sans riz gluant. Les puristes seront certainement sceptique, mais les novices apprécieront !

Il suffit de comprimer à l’aide du Rice Cube le riz et les autres mets d’accompagnement (petits légumes du jardin, poisson …).

RiceCube_1 RiceCube_3 RiceCube_4 RiceCube_5

On obtient ainsi de délicieux cubes décoratifs permettant de réaliser de jolies présentations.

RiceCube_6
RiceCube_9
RiceCube_8

Ces petits cubes peuvent se décliner à volonté avec de la semoule, de la polenta … sucré ou salé … en fonction de son imagination et de ses goûts.

A réaliser en famille, parents et enfants adorent et peuvent laisser libre cours à leur créativité culinaire.

Share Button

Les Oyas sont arrivés !

Ma commande d’Oyas est arrivée … 3 modèles différents fabriqués par Oyas-environnement, 2 Oyas à enterrer (1,5 l et 5 l) pour le jardin et 1 Oya à planter (0,25 l) pour les pots. Il ne reste plus qu’à les tester en situation.

oyas

Mais qu’est-ce que des Oyas ?

Les Oyas (ou Ollas) sont les représentants d’une technique d’irrigation très ancienne dont on retrouve la trace sous diverses formes sur tous les continents. Les plus anciens vestiges connus ont été découverts en Chine et sont âgés de 4000 ans. Rien de nouveau en somme, sauf que cette technique a depuis été largement oubliée.

Les Oyas sont des pots en céramique microporeuse fermés par un couvercle, qui sont enterrés près des plantes et remplis d’eau. Ils diffusent lentement l’humidité dans le sol au niveau des racines, sans stress pour les plantes tout en limitant le phénomène d’évaporation. La quasi-totalité de l’eau versée dans l’Oya est ainsi utilisée par les plantes.

Petit plus et non des moindres, les Oyas favorisent, de par le maintien d’un niveau d’humidité constant, la vie micro-organique du sol. D’autre part, le fait de ne plus arroser en surface réduit drastiquement la pousse des adventices.

En résumé revenir aux sources en se réappropriant ce moyen d’irrigation ancestral ne présente que des avantages, plus de stress pour les plantes, économies d’eau, moins d’adventices et une vie micro-organique entretenue … Peut-on rêver de mieux ?

Article connexe :  Oyas : mise en place

 

Share Button