Archives mensuelles : août 2015

Parc de la Faisanderie ou Potager des Princes (Chantilly)

La Faisanderie a été construite en 1682 dans les jardins du château de Chantilly à la demande du Grand Condé (1621-1686). Il demande à André Le Nôtre de réaliser l’aménagement du parc allant avec cette nouvelle construction.
Ces jardins seront alors constitués d’une grande vue en perspective ascendante répartie sur trois terrasses et ayant la Faisanderie comme point de fuite.

Sans-titre-1

Le parc était organisé selon un plan géométrique et symétrique, « à la française ». L’axe de la perspective était constitué de tapis de pelouse entourant des bassins au centre desquels jaillissaient des jets d’eau. De chaque côté étaient organisés des bosquets dans un style proche de Versailles faisant la transition avec les bois environnant.

En 1773, à l’initiative de Louis-Joseph de Bourbon (1736-1818) le bâtiment de la Faisanderie est transformé en Pavillon Romain.

En 1793, la Faisanderie, vendue en tant que bien national est achetée par la famille Chapard qui la conservera durant 160 ans.

En 2000, la Faisanderie et le parc, laissé à l’abandon par un promoteur, sont rachetés et sauvés par la famille Bienaimé qui restaure le bâtiment dans l’esprit du XVIIIème siècle et reconfigure le parc dont il ne restait que les trois terrasses et deux bassins éventrés. Plusieurs jardins, dont un potager, sont créés et ouverts au public en 2002, ainsi qu’un théâtre et 2 musées.

Le parc sera appelé « Potager des Princes » pour faire écho au « Potager du Roi » de Versailles.

Le parc est classé « Jardin remarquable ».

LES JARDINS

Le potager et les vergers

IMG_2462

Le potager est le jardin emblématique du parc. Installé sur la terrasse centrale, il est composé de 2 ensembles de 4 carrés bordés de pommiers en cordon et séparés par un ensemble de 4 rectangles engazonnés disposés autour d’un bassin circulaire. L’ensemble rappelant le modèle de potager cher à La Quintinie (jardinier de Louis XIV). Des carrés de simples sont plantés au pied du muret soutenant la terrasse supérieure.

Le potager est cultivé, par le chef jardinier Serge Sage, de manière naturelle, sans produits chimiques en utilisant des amendements naturels (compost, purin …).

 IMG_2499

IMG_2498

Les cultures forcées sont réalisées sous cloche et sous châssis sur couches chaudes en utilisant du fumier de cheval.

IMG_2518

Dans ce potager sont cultivés des légumes et des fleurs, on y retrouve l’esprit de Villandry.

A ce potager sont adjoint deux vergers implantés sur la terrasse inférieure (un verger à pépins et un verger à noyaux),

IMG_2487

un petit vignoble ainsi qu’une pergola sur laquelle sont cultivées des courges

IMG_2476

et une ruche pour assurer la bonne pollinisation de l’ensemble.

IMG_2513

IMG_2511

En 2010, le potager reçoit le 1er Prix des potagers de la Société Nationale d’Horticulture de France.

Le jardin japonais
Installé sur les bords de l’étang aux carpes, face au théâtre, il est à mon sens d’inspiration japonaise de part les végétaux qui le constituent plutôt que dans sa conception.
Il contient des azalées, des rhododendrons, des pins taillés en nuage et des érables.

IMG_2474

Le jardin tropical
Installé autour d’un bras d’eau en fer à cheval alimenté par une cascade et exposé plein sud, il regroupe divers palmiers, des bananiers …

Le jardin italien
Je parlerai plus précisément d’une impression d’Italie, de Toscane, il s’agit d’une série de bassins épousant le déniveler naturel du terrain et se déversant l’un dans l’autre. Ces bassins sont encadrés de cyprès, lesquels sont longés de chemins de graviers bordés de rosiers buissonnants.

Le jardin de topiaires
En forme de damier et de taille modeste, il expose différentes formes de l’art de la taille en topiaire. Les buxus y sont taillés en boule, en pyramide, en spirale, en pompon, en cube …

IMG_2465

Le jardin Kitch
Ce jardin porte bien son nom, il expose une collection de nains de jardin scénografiée.

La bambouseraie
Isolant en partie le musée-conservatoire de la basse-cour du reste du parc, la bambouseraie regroupe différentes variétés de bambous et abrite en son sein un labyrinthe.

Cabinet de treillage et autres treilles
Le cabinet des treillages est la reconstitution d’un cabinet dessiné par Le Nôtre et autrefois présent dans le parc du Château de Chantilly. Il est bordé de pivoines.
Sur les autres treilles se développent des rosiers lianes et des clématites.

IMG_2490

 

LES EQUIPEMENTS CULTURELS

Soucieux de faire vivre ce jardin privé implanté en milieu urbain et de l’ancrer dans la vie locale de la commune de Chantilly, Yves Bienaimé a doté le parc de la Faisanderie de différents équipements permettant d’accueillir un public le plus diversifié possible, d’organiser une saison culturelle et d’organiser des activités pédagogiques.

L’allée des céramiques
Les murs de cette allée sont recouverts de céramiques retraçant l’histoire des jardins, présentant les différentes variétés de fruits et légumes du potager, ainsi que les animaux de basse-cour.

IMG_2458

IMG_2460

Le Musée J.S. De Panafieu
Ce musée est dédié au travail de la peintre Jacqueline Suzor de Panafieu, belle-mère du propriétaire. Il couvre au travers des 140 tableaux l’ensemble de la carrière de l’artiste sur une période allant de 1920 à 1980.
Ce musée exposant des œuvres du XXème siècle, comble un vide à Chantilly et vient en complément de la galerie de peinture du Château de Chantilly.

Le Musée vivant de la basse-cour – Conservatoire des races naines
C’est le principal outil pédagogique du parc de la Faisanderie. Le musée-conservatoire regroupe une trentaine de variétés de poules naines, des lapins nains, des pigeons nains, des moutons nains.

IMG_2466

Hormis la découverte de ces animaux, des animations pédagogiques sont proposées au public et aux scolaires.

Le Théâtre
Cet équipement de 200 places en forme de pagode permet d’ancrer le parc dans la vie de la cité. Il n’y avait plus de théâtre à Chantilly depuis la révolution, le théâtre de la Faisanderie vient combler cette lacune et permet aux habitants de la ville de s’approprier le lieu au travers du Festival d’été « La Scène au Jardin ».

IMG_2472

 

Initiative privée remarquable de par son ampleur, la diversité de son contenu et la qualité de sa réalisation. Yves Bienaimé a réussi à créer un parc cohérant, agréable à visiter et à l’intégrer parfaitement dans le tissu socio-culturel de la ville de Chantilly.

Le point fort du parc est sans conteste le potager, digne représentant des préceptes de La Quintinie. On retrouve ici les deux influences du potager français du XVIème siècle, monacale et italienne, savamment agencées pour transformer le potager, jardin utilitaire, en jardin d’agrément.
C’est un potager également empreint de modernité, mettant en œuvre des méthodes et techniques naturelles actuelles issues de l’agriculture biologique et de la permaculture. Il fait à sa façon le lien entre le XVIème et le XXIème siècle.

Les amateurs de botanique peuvent être déçus, on aimerait avoir plus d’indications concernant les variétés implantées dans le parc. Toutefois il a le mérite de proposer une intéressante variété de configurations et de rendre avec des plantes adaptées à notre climat tempéré des ambiances méditerranéennes et exotiques (Italie, japon, tropique …).

INFORMATIONS PRATIQUES

Parc de la Faisanderie ou Potager des Princes
17 rue de la Faisanderie
60500 Chantilly

et sur le site du Potager des Princes

 

Share Button
Galerie

Tour du potager – 25 août 2015

Cette galerie contient 20 photos.

 

Share Button

Côtes de blette : nuancier

Côtes de blette, bette à cardes ou poirée, trois appellation pour une même plante potagère … Il en existe de nombreuses variétés qui se différencient par la teinte de leurs cardes (ou côtes) dont la palette de couleur s’étant du blanc au rouge.

Comestible et décorative que demander de mieux !

Blette_0

Blette_1 Blette_2

Blette_2b Blette_3

Blette_4 Blette_5

Blette_6 Blette_7

Share Button

Nymphéas

Notre logement de vacances étant situé à côté d’un joli petit étang,

SAM_5852

se fut l’occasion de dénicher une barque pour faire une petite croisière.

SAM_5846

Un bon moyen pour aller visiter et photographier les nymphéas dans leur environnement naturel.

SAM_5828

SAM_5830

Share Button

Devoir de vacances … la compote !

Pour ne rien perdre des pommes tombées à terre, c’est aujourd’hui atelier compote. Mais avant de la déguster il y a un peu de travail.

Anaïs est à la manœuvre, comme toujours motivée quand il s’agit du jardin !

pommes_1

Notre compote sans sucre ajouté :

– Éplucher les pommes, enlever les parties abîmées et les pépins puis les couper en morceaux.

– Mettre les pommes ainsi préparées dans une grande casserole avec un verre d’eau. Porter à ébullition puis laisser cuire à feu doux environ 30 min.

– Mixer les pommes puis consommer ou conserver.

IMG_3508

Conservation

– Soit au congélateur.

– Soit en transférant la compote dans des bocaux stérilisés.

Share Button

A paraître dans le magazine « Jardin d’ici » n°3

40_comp

« Le jardin gourmand de Fabrice » un article à paraître dans le prochain numéro du magazine « jardin d’Ici ».

Dans les bacs des marchands de journaux le 14 août 2015.

Share Button

Un petit jardin urbain près de Cologne

Sur le chemin de retour des vacances, une petite pause chez des amis en banlieue de Cologne. L’occasion de prendre un peu de repos, de passer une soirée entre amis et de prendre quelques photos de leur petit potager …

IMG_3471

IMG_3478

IMG_3482

IMG_3474

IMG_3475

IMG_3479
IMG_3473

IMG_3476

IMG_3481

… et de leur rucher naissant.

IMG_3455

IMG_3462

 

Share Button

Le chêne millénaire d’Ivenack

Les très vieux chênes du parc d’Ivenack sont de véritables monuments de la nature.

Nés avant les périodes de défrichement du Moyen Age puis conservés dans les forêts servant de pâture, ils sont aujourd’hui âgés de 700 à 1000 ans (peut-être plus).

IMG_3253

Au début du 20ème siècle il y avait encore 11 très vieux chênes, 5 ont depuis disparu. Le doyen et le plus massif d’entre eux a un âge estimé entre 1000 et 1200 ans. Il mesure 35,50 mètres de hauteur, 10,96 mètres de circonférence, 3,49 mètres de diamètre et représente un volume de bois estimé à 180 m3.

Le doyen

Le doyen

Il est considéré comme le plus vieil arbre d’Europe Centrale.

Share Button

Fruitiers « en liberté »

Ici en Mecklenburg nous croisons régulièrement au cours de nos promenades à vélo, randonnées ou baignades des petits fruits et des fruitiers « en liberté » installés le long des chemins, dans les haies ou sur les berges.

IMG_3420

Les fruits tombent à terre et termine là leur vie.

Pour laisser libre court aux réminiscences de nos origines lointaines de chasseur-cueilleur, nous sommes toujours équipé. Hier c’est un prunier qui nous a offert ses fruits que nous avons récolté avec avidité.

IMG_3293

De retour sur notre lieu de villégiature,

IMG_3251

nous les avons dénoyauté,

IMG_3302

et cuisiné.

IMG_3305

Pendant ce temps là les enfants se sont occupés du surplus saupoudré d’un peu de sucre.

IMG_3307

Share Button

Potsdam, les figuiers de Sanssouci

Ancien palais d’été du roi de Prusse Frédéric II le palais de Sanssouci bâti
dans la première moitié du 18ème siècle est réputé pour ses jardins et ses
fabriques.

Ce qui a particulièrement retenu mon attention ce sont les figuiers que je ne
m’attendais pas à trouver là, à environ 20 km au sud-ouest de Berlin.

Le palais s’ouvre sur un coteau aménagé en 6 terrasses, en forme d’arc exposés
plein sud.

IMG_3116

Les murs de soutient des terrasses sont aménagés afin d’accueillir des pieds de
vignes plantés sur treilles alternant avec des niches dans lesquelles sont
plantés et palissés des figuiers.

IMG_3108

Il y a 28 niches par niveaux ce qui donne un total de 168 figuiers.

Ces niches, sorte de châssis verticaux intégrés au mur de soutient, sont
protégées par de grandes portes vitrées.

IMG_3132

 On peut en régler l’ouverture via un système de crochets et de crémaillères en fonction des conditions météorologiques.

IMG_3141

IMG_3133

La récolte est prometteuse.

IMG_3142

IMG_3134

Share Button