Un miroir pour dissiper l’ombre

©FabriceChollet

Habituellement dans les jardins, les miroirs sont utilisés pour agrandir l’espace, donner de la profondeur. Au jardin d’ombre ils auront une utilité supplémentaire.

Dans un jardin ombragé du fait de la densité des végétaux ou de la hauteur des constructions avoisinantes, les miroirs serviront de réflecteurs pour y faire entrer la lumière.

Un miroir ou une plaque métallique judicieusement placé face à une source de lumière, ou disposé de manière à réfléchir la clarté du ciel, permettra de créer une source artificielle de luminosité qui dissipera la pénombre.

En plus d’apporter de la profondeur et de la lumière, un miroir reflétant une partie du jardin plantée et exposée au soleil permettra d’enrichir de manière indirecte la palette végétale. Par réflexion, il fera entrer dans une zone ombragée des plantes et des floraisons colorées qui n’y auraient pas les conditions nécessaires à leur développement. Dans ce cas, la mise en place du miroir devra être abordée de manière globale lors de la conception, pour obtenir une parfaite interaction entre les deux zones du jardin. Les végétaux étant, d’un côté comme de l’autre, choisis pour leur complémentarité de port, de couleur etc …

Miroir d’eau ©FabriceChollet

Un bassin pourra également jouer un rôle similaire. Le ciel se reflétant dans ce miroir d’eau fournira une source de luminosité non négligeable.

Quelques centimètres d’eau suffiront à créer une surface réfléchissante qui animera le jardin d’ombre. Le ballet des nuages se reflétant dans un bassin apportera de la vie et modulera l’ambiance de la zone ombragée. Les ondes créés pars les gouttes de pluie percutant la surface de l’eau y apporteront du mouvement.

Il sera même possible d’y intégrer, avec parcimonie pour conserver la fonction de réflecteur, quelques plantes aquatique adaptées à ces conditions. Pour approfondir cette question je vous renvoie à l’article “Rencontre avec Éric Lenoir : l’ombre et le jardin aquatique.

Un tel dispositif peut radicalement transfigurer une partie ingrate du jardin. Ouvrant une fenêtre de lumière là où on ne l’attend pas, cela ouvre de nouvelles perspectives au jardinier. C’est avec un autre œil qu’il abordera et investira cette zone du jardin qu’il aurait naturellement eu tendance à considérer comme secondaire.

Share Button

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*